Le point de vue d’un JAF

Le Point.fr a publié le 9 août 2012, une chronique de Laurence Neuer (« Mon petit droit m’a dit »)

avec un entretien avec un JAF :

« L’enfant n’a pas à être le messager entre ses deux parents »

« Le juge aux affaires familiales Gérard Pitti fait figure d’extraterrestre dans l’univers féminin du contentieux familial. »

« Juge aux affaires familiales (JAF) depuis quatre ans dans des zones urbaines sensibles (tribunal de grande instance d’Évry, puis de Bobigny), Gérard Pitti rend quelque 80 décisions par mois. Jugements de divorce, révisions de pension alimentaire, modification de la résidence des enfants ou du droit de visite…, les conflits augmentent et se durcissent. Comment gérer ces litiges en protégeant les enfants ? Quel est le rôle du juge de la famille ? Gérard Pitti répond aux questions du Point.fr. »

Ce point de vue aurait mérité une plus grande médiatisation, il a le mérite de poser les problèmes d’une justice débordée par l’évolution de la société.

Enfin un juge dit qu’il ne faut pas donner prime à celui ou celle qui attise le conflit parental. Mais quels moyens donne-t-on à la justice pour éviter cette surenchère ? Les réponses ne sont pas l’objet de cet entretien.

Maintenant il faudrait que plus de juges aient cette lucidité et fassent eux aussi pression pour faire évoluer la loi en fonction de ce qui se passe dans la vraie vie…