L’importance de l’investissement des pères dans l’éducation des enfants

Extrait de l’argumentaire pour lerojet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes tel qu’il est présenté sur le site Web du Sénat par ceux-là même qui ont voté contre l’amendement 108 sur la résidence alternée prioritaire :

Le style de paternité – impliqué ou en retrait – se forme dès les premières années de la vie de l’enfant. De nombreuses études soulignent les retombées extrêmement positives d’une participation précoce des pères à l’éducation de leurs enfants, en particulier en termes de socialisation.

C’est donc dans l’intérêt de l’enfant qu’il faut favoriser l’implication précoce des pères. On parle alors de « paternité active » (cf. les travaux de la sociologue Dominique Méda).

Cette implication précoce des pères est d’autant plus importante que « les coûts cachés » de la spécialisation des rôles entre hommes et femmes -selon l’expression du Centre d’analyse stratégique – se révèlent particulièrement douloureux en cas de rupture du couple ; moins le père s’est investi dans l’éducation de l’enfant, plus la relation père-enfant pâtira de cette séparation.

Aujourd’hui, parmi les jeunes générations, de plus en de plus de pères souhaitent s’investir auprès de leurs enfants davantage que ne l’ont fait leurs aînés. Mais ils se heurtent encore à de nombreux obstacles : stéréotypes de genre, difficultés d’accès à l’aménagement de leur temps de travail, normes héritées de la famille…

Pour les pères, on demande de s’impliquer pendant l’union car c’est bien.

Et après la disparation, quelle implication surtout quand la mère n’est pas d’accord pour une résidence alternée ????

Lettre ouverte à Madame le Ministre de la Famille

On a trop souvent dit et pensé dans notre pays que le Sénat était une assemblée réactionnaire.

Certains même, ces dernières années, sont allés jusqu’à proposer la suppression pure et simple de cette chambre devenue soi-disant inutile. Les sénateurs viennent de donner un éclatant démenti à tous ces propos inconsidérés. Soucieux des problèmes des Françaises et des Français, ils vont plus loin qu’un gouvernement qui se voulait à la pointe du progrès quant aux mœurs. Le Palais du Luxembourg n’est pas la maison de retraite de nostalgiques d’une France disparue, n’en déplaise à ses détracteurs… Mais il est bel et bien l’institution dans laquelle des élus épris d’égalité s’emploient à l’inscrire dans les lois de la République. Le principe de la résidence alternée est un principe d’égalité ; il n’y a pas de sexe naturellement préposé à l’éducation des enfants. Après une séparation, la coparentalité doit continuer à s’exercer, et la garde alternée en est l’instrument privilégié, c’est la conclusion à laquelle les sénateurs viennent d’arriver.

Continuer la lecture de « Lettre ouverte à Madame le Ministre de la Famille »

Rentrée 2013 : papaoutai

Mère / père : Égalité des droits !

Jeudi 2 septembre, c’est le jour de la rentrée scolaire.

La majorité des décisions de justice n’accorde à l’enfant de parents séparés de voir son père que quatre jours par mois.

Où est alors l’intérêt de l’enfant ?

De quelle égalité parentale parle-t-on ?

Nous incitons alors tous les pères de participer à cette rentrée scolaire et ainsi de promouvoir l’égalité entre père et mère.

En pensant aux paroles du dernier succès de Stromae bien connu de nos enfants et de nos adolescents, Papaoutai