Lettre ouverte à Madame le Ministre de la Famille

On a trop souvent dit et pensé dans notre pays que le Sénat était une assemblée réactionnaire.

Certains même, ces dernières années, sont allés jusqu’à proposer la suppression pure et simple de cette chambre devenue soi-disant inutile. Les sénateurs viennent de donner un éclatant démenti à tous ces propos inconsidérés. Soucieux des problèmes des Françaises et des Français, ils vont plus loin qu’un gouvernement qui se voulait à la pointe du progrès quant aux mœurs. Le Palais du Luxembourg n’est pas la maison de retraite de nostalgiques d’une France disparue, n’en déplaise à ses détracteurs… Mais il est bel et bien l’institution dans laquelle des élus épris d’égalité s’emploient à l’inscrire dans les lois de la République. Le principe de la résidence alternée est un principe d’égalité ; il n’y a pas de sexe naturellement préposé à l’éducation des enfants. Après une séparation, la coparentalité doit continuer à s’exercer, et la garde alternée en est l’instrument privilégié, c’est la conclusion à laquelle les sénateurs viennent d’arriver.

Aussi, nous ne comprenons plus les revirements d’opinion de madame le Ministre de la famille alors qu’un Sénat majoritairement de gauche adopte cet amendement progressiste ? Il n’est même pas question d’imposer la résidence alternée mais juste de favoriser ce mode de garde, ce qui rejoints les propos précédents des Ministres Najat Vallaud-Belkacem et… Dominique Bertonetti.

Aucune association de père, et même aucune personne sensée, n’a jamais réclamé qu’on impose la résidence alternée à des parents qui n’en veulent pas ! Bien sûr que la médiation doit être la règle, bien sûr qu’il faut suivre et accompagner les parents qui ont réussi à négocier un exercice de la parentalité après leur séparation ! Mais pourquoi un des parents pourrait-il faire échec à la résidence alternée sans avoir à faire la preuve de l’incompétence éducative notoire de l’autre parent ?

Les sénateurs se sont exprimer clairement en faveur de l’égalité des sexes, que madame le Ministre dise clairement ses arguments contre la résidence alternée, si elle en a… Sinon, qu’elle précise au nom de quelle idéologie elle entend continuer de priver les enfants de leurs pères !

Jean-Michel Delacour et Richard Walter, militants à SOS Papa Loiret et pour l’égalité parentale