Bilan 2017 : encore un coup raté

La proposition de loi favorisant (et non imposant) la résidence alternée n’a pas été votée. Depuis 2002 et la prise de position courageuse de Segolene Royal introduisant la résidence alternée dans la loi, bataillant contre les machistes et certaines féministes extrémistes, rien n’a été fait pour favoriser dans la loi une égalité parentale qui dépasse les simples bonnes intentions.

Encoer un coup ratée.

Que faut-il faire pour favoriser une vraie égalité parentale, arrêter de cantonner la femme au rôle de mère qui doit s’occuper des gosses et l’homme au rôle du père qui file un chèque chaque mois ? Etre contre la résidence alternée favorise cet état de fait profondemment machiste.

Il serait temps que certain(e)s l’entendent plutôt d’hurler au « masculiniste » dès qu’on prononce « résidence alternée ». Mais peut-être ils préfèrent être rétrogrades. Tant pis pour elles et eux…

2018 doit être l’année qui dénonce ce conservatisme et qui fasse réellement avancer la résidence alternée dans la loi, dans la société et dans les faits quotidiens.

Pour l’association, Richard Walter